Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ça ressemble aux premières pages d'un polar. Les flics l'ont appelée vers quatre heures du matin : "Madame Lili, la porte de votre salon de coiffure a encore été fracassée. Nous avons trouvé votre numéro de téléphone dans un tiroir. Pouvez-vous venir maintenant ? On déplore quatre morts..."

Elle avait déjà raccroché, sans attendre la suite, enfilé une robe, des ballerines et courait.

Les voisins ont entendu un grand bris de verre dans la rue, ils ont mis du temps à réagir "vous savez, en pleine nuit...!"; ils ont prévenu la police, qui a mis du temps à réagir; des passants ont eu le temps de se servir en bouteilles de shampoing et tubes de crème pour les mains. Quand Lili est arrivée, cela faisait quatre heures que le drogué ("ou le jeune rom") était parti en courant, emportant avec lui le cochon gras des pourboires des jours précédents.

"Pfff, c'est la troisième fois!"

La grande vitre de la porte, Lili admettait difficilement, mais l'aquarium, ça la révoltait ! Quand elle s'est baissée pour ramasser ses quatre poissons chéris, le flic le plus gradé, pétri de séries télévisées, a déclaré :

— Surtout ne touchez à rien, madame !

— Ça va pas la tête à toi. Ici, chez moi, poissons peut-être pas mort, moi remettre dans l'eau !

Lili a passé quelques bâtons d'encens au-dessus des cadavres figés sur le carrelage au milieu des éclats de verre. Puis, un à un, elle les a tendrement remis à l'eau dans le deuxième aquarium resté intact. Les flics ont cru rêver : sous leurs yeux, trois des poissons morts se sont mis à agiter fébrilement leurs nageoires et à s'émerveiller de leur nouvelle prison de verre. Le quatrième est resté inerte sur le sable, ventre gonflé et oeil amoché.

Lili dansait sur place "Vous voir, vous voir, poissons vivre !" et elle a embrassé les deux flics abasourdis. Le jeune moustachu de façon plus appuyée peut-être.

Quand je suis venu me faire couper les cheveux, le salon était plein comme jamais. Il y avait une planche vissée sur la porte du magasin, le quatrième poisson rouge nageait avec grâce en faisant des clins d'oeil comiques, et Lili rayonnait : "Quartier pourri-pourri, mais gens et poissons gentils-gentils"

Partager cet article

Repost 0