Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'Ivan Sigg

Blog d'Ivan Sigg

Carnet quotidien d'un Artiste Peintre Romancier,performeur en peinture digitale animée, consultant en innovation et créativité


Dialogue à 25 autour de la peur (1ère partie)

Publié par Ivan Sigg sur 19 Mars 2011, 20:40pm

Catégories : #Dialogues

Bribes notées d'un dialogue à 25 (19 femmes et 6 hommes) autour d'un texte du pédagogue/philosophe Jiddu Krishnamurti (1895-1986) sur "La nature de la peur"

Weekend philo à l'Association Culturelle Krishnamurti

 

1ère partie

- Les évènements mondiaux actuels font peur

- Se mêlent nos soucis et les évênements mondiaux

- Ne sont ils pas liés ?

- Le tsunami au Japon, tous ces corps, ça nous touche, ça frappe notre conscience. Nos peurs sont réveillées par ces images

- Est-ce que ce sont les évènements qui provoquent la peur ou bien est elle là en nous ? Qu'est-ce que la peur ? Est-elle liée aux évènements extérieurs ?

- Si je ne suis pas sensible est-ce que ça me touche ?

- C'est notre empathie qui s'éveille

- On se met dans la peau de l'autre

- L'actualité rend les choses un peu trop facile pour parler de la peur. Comment ne pas être concernés par ces évènements ?

- Il y a une peur générale car on est tous reliés, mais il y a aussi notre peur de la mort, nos tsunamis intérieurs

- Ne faut il pas distinguer la peur et l'angoisse ?

- Qu'est-ce que la peur ?

- Quelque chose qui se glisse entre ma perception et l'évènement ?

- Ne pas se laisser prendre par les mots

- OK mais qu'est-ce que la peur

- Est-ce que je peux avoir peur d'un évènement passé ?

- La peur n'est elle pas une comparaison avec quelque chose qui a déjà eu lieu ?

- L'antilope connait-elle "la peur psychologique" de la panthère ?

- La peur c'est l'instinct de conservation, c'est la perte de la maîtrise, la perte des repères

- Pourquoi de la maîtrise ?

 - Car on se sent vivant dans la maîtrise

- Même si c'est illusoire ?

- Dans la vraie conscience d'un danger on s'écarte. Si on a conscience, il n'y a plus de peur

- Il y a des dangers réels et des dangers illusoires

- Le danger psychologique illusoire crée une vraie peur

- Il y a une perception du danger qui crée une action

- il y a un parallèle à faire entre danger réel et danger illusoire

- Nous expérimentons que nous avons plus peur de l'idée qu'on se fait des choses que de la chose elle-même

- La peur nous empêche de vivre. Ce qui m'intéresse c'est la vie

- Mais comment l'idée arrive-t-elle ? Comment la peur arrive ? exemple : "je vais perdre mon travail" et aussitôt je me fais un film intérieur sur ce que ça va induire

- On se projette tout le temps dans un futur

- Est-ce que la peur n'est pas ce film ?

- Je voudrais parler d'une expérience où il n'y a ni catastrophe, ni pire, ni mauvaise nouvelle et pourtant il y a des peurs multiples : La peur de voir un tableau, la peur de dire simplement ce que je vois dans un tableau, la peur de ne pas savoir, la peur d'être jugé par les autres.

- C'est la peur de se dévoiler, mais est-ce que toute la peur se dissout quand on décrit ?

- Peut-on couper définitivement toutes les racines de la peur ?

- Est-ce que je peux voir toute ma peur ?

- La peur peut s'absenter momentanément (pendant l'observation objective du tableau par exemple) mais finit elle ?

- D'ailleurs est-ce que c'est bien qu'elle finisse la peur ?

- Regardons la peur, observons la, prenons du recul. J'essaie de voir ma peur de l'extérieur, de haut, de me séparer de ma peur

- Qui regarde quoi de haut ? La pensée regarde la pensée ? Le moi peut il juger le moi ?

- Cela fait 10000 ans que la société fait cela sans résultat

- La peur c'est "suis-je capable de m'affronter au fait ?"

- Faut-il supprimer l'imaginaire pour éradiquer la peur ?

- C'est celui qui regarde qui fabrique la peur

- On est au coeur de la question. Peut on prendre du recul ? mettre la peur à l'extérieur ? Y a-t-il une séparation entre l'observateur et l'observé ?

- En physique relativiste on observe bien que celui qui observe perturbe l'observation

- Il y a des thérapies des phobies qui nous mettent en contact avec nos peurs

- Avec ces thérapies on n'est pas à la racine de la peur, on ne fait que déplacer sa peur

- On a toujours un espoir d'échapper à la douleur, à la peur, à l'angoisse de vivre

- Echapper n'est pas comprendre

 

La comparaison, racine de la peur


- Krishnamurti dit que la comparaison est une des racines de la peur, avec le désir et le temps

- Qu'est-ce que la comparaison ?

- On est dans la peur du regard de l'autre

- On est en perpétuelle lutte pour coller à des images, des idéaux

- On se donne des buts, des repères, et on compare sa situation à ces buts

- Pourquoi avoir des buts ?

- Le système de comparaison est très emprisonnant

- Comparer, c'est mesurer le nouveau but avec le Présent, mais voit on le Présent ?

- La pensée compare de manière automatique

- Comparer suppose que l'on croit à quelque chose, mais pourquoi je me crée un nouveau but ?

- Enfant je veux être comme l'adulte, à chaque étape de mon évolution j'ai de nouveaux repères

- C'est cela notre conditionnement. Nous devons prendre conscience que nous sommes réellement conditionnés

- Il y a l'échec au bout de la peur

- On ne peut pas apprendre sans immiter, sans copier, sans répéter

- Ah bon, pourquoi ?

- C'est fondamental l'immitation dans l'apprentisage

- Fondamental du point de vue des apprentissages techniques, mais sur le plan psychologique, soyons vulnérables, frais et innocents, et ceci à tous les âges.

- Dans la comparaison et la mesure, il y a aussitôt performance, effort et lutte

- Quand je dis "Demain ce sera meilleur, aujourd'hui n'est pas bon", il y a mesure et comparaison. Je ne regarde pas le présent, je fuis.

- Quelle est la place de la pensée dans tout ça ?

- On compare ce qu'il y a dans notre mémoire. Je pense à la peur des gens qui voyaient pour la première fois un tableau cubiste de Picasso. Je sais que ce n'est pas confortable d'être face à ce qui est nouveau.

- Qu'y a-t-il à faire maintenant pour comprendre le processus de la pensée qui nous a amenés jusque-là ?

- Regarder ce désir de "devenir" qui nous traverse et nous rend malheureux. Ce désir repose sur quoi ?

- Le devenir n'est il pas une illusion ? N'est-ce pas la pensée qui crée la continuité, le devenir, pour assurer notre sécurité ? Il n'y a que l'instant et il n'y a ni continuité ni devenir dans l'instant.


fin de la première matinée (à suivre)


extrait du texte et dessin réalisé pendant le dialogue à 25

Dessin1pourACK.jpg




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !