Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ExpoMonod16V10en72.jpg

Plaisir de travailler sous les yeux des visiteurs dans sa propre expo

 

La belle aventure du Puls'art au Mans.

   Depuis le vernissage du 5 mai (en dix jours donc) 900 personnes sont passées voir l'expo KUU dans la grande salle d’exposition du « 117 » à l’entrée du beau parc Théodore Monod du Mans (vous savez, le marcheur "fou" de désert, l'humaniste engagé, en quête de dieu, de météorites, de squelettes fossiles et de paix).


   En quatre jours Eric Meyer et Ivan Sigg ont dédicacé 20 revues KUU, accompagnées d’une œuvre unique en 4ème de couv. Ces exemplaires ont été acquis par des visiteurs passionnés par l'ambitieux projet éditorial (beaucoup de femmes professeurs ou institutrices ainsi que des artistes peintres et des graphistes). Trois enveloppes d’art postal originales ont été vendues à des collectionneurs.

 

   Tout l’évènement PULS’ART, superbement organisé par Lucien Ruimy (peintre, professeur en lycée pro, blogueur nocturne, théoricien de la congélation et fondateur du Puls’art) et son équipe de bénévoles, est un parcourt artistique urbain des plus stimulant (quoique reflétant un terrible mal être à travers les oeuvres présentées) rassemblant 60 artistes chaque année.

   Nombreux articles dans Le Maine Libre et Ouest France ainsi qu'un reportage remarqué à FR3 sur Eric Meyer et Ivan Sigg en action. Les affiches (120 x 160) éditées par Le Maine libre, à partir des métamorphoses de UNES réalisées par les deux artistes ont été très remarquées et demandées.

 

    Imaginez que l'exposition KUU était suveillée par Mireille, championne de sudoKUU de la Sarthe (sud et nord) !

 

   Même Un Jour Une Œuvre (UJUO : le site de mutualisation des regards sur les œuvres d’art) était présent, représenté par Jean-François Vallet , Virginie et leur incroyable dauberman afghan.


    Enfin, la nuit des musées bouleversait véritablement les deux artistes par la découverte des deux fabuleuses reconstitutions de tombeaux égyptiens (celui de Nofertari la femme de Ramsès II et celui de Nefersefer) réalisés dans les sous-sols profonds du Musée Tessé (Allez-y, c'est dément : l'équivalent de la copie de la grotte de Lascaux!).


    Un très beau bilan donc avec une probable piste financière de développement pour la revue KUU (surprise...!) et deux projets pour faire venir l'expo à Paris (surprise...!)

Tag(s) : #peinture

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :