Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

        Lors de l’exposition universelle de 1937 est inauguré « le palais des arts modernes » qui s’appellera plus tard le Palais de Tokyo. Dans cette architecture Musolino-fascisto-socialiste était présenté le pire de la peinture française (On voit cette architecture grandiose et rigide dans toute l’Europe de l’Ouest et de l’Est. Le Corbusier et Malle stevens ont perdu le concours pour ce bâtiment…). Pour comprendre, allez voir les grandes tartines qui couvrent encore les murs du Théâtre de Chaillot (même architecture et mêmes fresque grandiloquentes et musclées) et observez les sculptures extérieures.
        A cette même exposition universelle de 1937, de l’autre côté de la Seine, dans le superbe pavillon en bois et verre de la jeune république espagnole, on trouve deux toiles révolutionnaires de Picasso et Miro : « Guernica » (commande de la République espagnole) et « La faucheuse ».
        Aujourd’hui le Palais de Tokyo est devenu un Musée d’Art Contemporain. L’intérieur du bâtiment a été déshabillé pour ressembler à une friche industrielle. L’ambiance est grise, froide et sans vie. Les cafétérias son peu accueillantes et leur personnel désagréable.
        Visite de l’exposition SPY NUMBERS par cinq membres actifs de Un Jour Une Œuvre
unjouruneoeuvre.eu

Qu’est-ce que tu vois :
1) Trois tuyaux blancs horizontaux produisant un son omniprésent
— Rien d’autre ? — Non.
2) Une immense photo de nuit en Noir et blanc avec une foule des années trentes qui regarde en l’air.
— Rien d’autre ? — Non — Lis l’étiquette : c’est une « scène le lynchage avec des pendus qui ont été effacés sur photoshop par l’artiste » Ah, c’est une mauvaise blague…
3) Trois cailloux quelconques posés sur trois plots.
— Rien d’autre ? — Non — Lis l’étiquette : ce sont « les sommets de trois montagnes » Ah, c’est une mauvaise blague…
4) Un Pylone de cinq mètres avec huit haut-parleurs qui diffusent des messages radio inaudibles.
— Rien d’autre ? — Non — Je n’ai même pas envie de lire l’étiquette : « Ca imite un pylône de camp de concentration » (nous dit une visiteuse anglaise). Une très mauvaise blague, donc ?
5) Un monstre humanoïde vert tout en jouets englués.
— Rien d’autre ? — Non — Lis l’étiquette : ce sont des jouets Mac Do… alors c’est une dénonciation ? De quoi ? « c’est juste une idée, y a rien à comprendre » nous dit l’un des gardiens. — Que pensez-vous de tout ça, vous qui êtes là toute la journée ? — C’est le destin qui m’a donné ce boulot ici. Je le fais et je ne me pose pas de questions. Monde de fous .
6) Un mur du Musée est éventré, des bouts de cloison en sortent.
— Rien d’autre ? — C’est violent, ça immite une destruction d’immeuble, ou un accident d’avion.
7) une machine à produire des pluies de photons dans un cube vide
— Rien d’autre ? — Non — Lis l’étiquette : « machine à produire des aurores boréales ». « Elle marchera 5 minutes le 20 septembre. Y a rien à comprendre. On nous sélectionne au poids. Moi j’ai laissé ma cervelle au vestiaire » nous dit le deuxième gardien.

        Sentiment de malaise en sortant. Pour nous achever on tombe sur trois pylones EDF (15 mètres de long) couchés sur le sol d’un couloir. Le cartel dit « L’original est une copie » ce qui est également vraie pour l’extincteur accroché au mur. Pathétique ou lamentable ?

Allez lire la "fiche de visite" de SPEI qui est beaucoup plus détaillée que la mienne http://www.speigallery.com/post/2009/09/11/UJUO-en-direct
Tag(s) : #art

Partager cet article

Repost 0