Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour Alain Badiou
mes réflexions suite à votre Interview dans  Libé du 27 I 09
« Nous devons impérativement maintenir l’idée d’une société dont le moteur ne soit pas la propriété privée, l’égoïsme et la rapacité (…) le profit comme moteur de la vie sociale, c’est précisément ce dont le projet communiste veut débarrasser l’humanité » AB

    A première lecture, ma culture humaniste et ma pensée trouvent votre affirmation intéressante et vraie (Oui, je veux dissoudre la propriété privée,
au-delà de mon logement et de mes vêtements, ainsi que mon égoïsme et ma rapacité). Pourtant je vais essayer de montrer comment s’y glisse le faux qui produit divisions et conflits.
« Maintenir impérativement l’idée d’une société » c’est affirmer que j’ai déjà en tête l’idée (ou l’image) de la société future qui sera bonne pour les hommes. Je me pose donc comme celui qui sait (quelle illusion), et comme celui qui va tout faire (impérativement maintenir) pour changer la réalité afin qu’elle colle à mon idée. N’est-ce pas ce qu’ont fait tous les révolutionnaires du passé ? Leur volonté (leur désir) n’a-t-elle pas produit résistances, désillusions et souffrances ? Et surtout, en quoi leur « idée de société » a-t-elle produit un quelconque changement psychologique chez l’humain (peurs, croyances, colère, haine, rejet de la différence, désir d’accumuler, désir de pouvoir, cycle plaisir/souffrance, jalousie, identification, imitation… sont toujours là depuis 30000 ans))
« La société » ce n’est rien d’autre que les relations entre toi et moi, ici et maintenant. Alors pourquoi avancer cette « idée de société »  qui n’est qu’une projection de la pensée ? La pensée et le savoir sont limités (ils ne peuvent donc que diviser) et le futur est une illusion. Il n’y a que ce qui est. Alors dois-je être attentif à « l’idée de société » (un idéal, un espoir) ou à la relation qu’il y a entre toi et moi au présent parce que c’est le présent qui est infini et toujours renouvelé et non ma pensée qui est vieille et mécanique ?

Quant au « profit », essayons de voir de qui ou de quoi il est vraiment le « moteur » ? des capitalistes et « des dirigeants des grandes banques » ? La encore l’affirmation paraît vraie et pourtant s’y glisse le faux qui produit divisions et conflits. Le profit c’est l’accumulation de biens et d’argent, c’est le toujours plus, mais pourquoi personne ne se pose jamais la simple question de savoir pourquoi l’humain accumule ? Capitalistes et « dirigeants des grandes banques » sont ils les seuls à accumuler ? Pourquoi focaliser sur ces grands accumulateurs ? Pour ne pas se regarder soi-même avant de pointer un autre ou un ailleurs ? Alors la vraie question ne devient-elle pas pourquoi j’accumule ?
 Accumuler n’est-ce pas un mode d’être destructeur produit par notre pensée qui tente de remplir ce vide intérieur qui nous terrorise ? Nous pensons devenir quelqu’un à travers ce que nous accumulons et possédons. Notre processus de pensée nous protège à la fois du vide intérieur et aussi du présent qui est l’inconnue permanente. Ainsi j’accumule des biens, de l’argent, des parts de marché, des profits, des territoires, des pouvoirs, des conquêtes amoureuses ou sexuelles, et aussi du savoir, des connaissances, de la culture ? Est-ce que l’accumulation n’est-elle pas toujours de même nature ? Est-ce que la vie ne vaut-elle pas que l’on se pose la question ?
Si l’accumulation de savoir technique m’est nécessaire pour construire un pont, l’accumulation de connaissances ou de biens m’est-elle nécessaire pour entrer en relation avec l’instant et avec l’autre ? Non, je constate que l’accumulation construit des murs et n’a de rapport ni avec l’attention au monde, ni avec la compréhension.

C’est donc tout le processus de la pensée qu’il faut révolutionner et non le profit ou le capitalisme (qui sont des productions de notre pensée à chacun).
Comment ? Par une attention totale de chacun à lui-même, à l’autre et au monde, sans identification, ni rejet ou jugement, sans recherche de satisfaction, une attention sans motif donc. Par un éveil ou chacun comprend ce qu’est l’ETRE et s’affranchit par là-même du DEVENIR. Par une révolution du système éducatif qui se libère de l’accumulation des savoirs pour développer la perception, l’expérience et l’épanouissement de l’être.


Accumuler les colères sociales ou les résistances ne change pas l’humain, augmenter les salaires non plus (parlons plutôt d'une échelle de 1 à 7), nous le constatons depuis des centaines d'années.
 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :