Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un débat passionnant
18 janvier 2009

 Ivan : Quel est le but du site http://unjouruneoeuvre.eu ? En lisant les interventions, ponctuelles ou régulières de certains, je me pose la question de savoir s'ils ne l'ont pas oublié ? Peut-être ne l'ont-ils pas compris ? Peut-être l'ignorent ils volontairement? Il ne faut surtout pas casser l'envie d'intervenir des internautes mais d'intervenir pour quoi ? Pour intervenir ?
 Alexis : Je dois, depuis pas mal de temps maintenant, produire une nouvelle version du site qui permettra de rendre plus claire l'idée que l'on n'attend pas de commentaires particuliers dans la case qui s'appelle aujourd'hui « commentaires »... mais que l'on souhaite lire ici ce que chacun voit. Le format actuel oriente en effet les lecteurs à laisser, comme pour n'importe quel blog, leurs commentaires laconiques (ou non) sous forme d'avis positif ou négatif. Tant que je n'aurai pas fait la mise à jour du site, nos tentatives de réorientation resteront sûrement vaines... DONC, je vais le faire !!! Je me dis que dans la nouvelle version, "Laisser un commentaire" sera remplacé par "Dire ce que je vois" .
 Ivan : Très bonne idée. Et comment faire avec les gens qui interviennent pour dire leur savoir, donner leurs références, comparer et dire "ça me fait penser à" ? Est-ce que ça va dans le sens de faciliter l'accès à l'art ?
 Alexis : Cet aspect, même si ce n'est pas l'objectif est, quand même, une façon de partager du savoir... même si pour certains, la motivation doit être plus la valorisation individuelle que le partage !
 Ivan : Partager les savoirs me semble incontournable dans le domaine technique, pas du tout dans le domaine psychologique. Je sais que ça bouscule toute notre façon d'être et de penser, mais réfléchis-y, c'est, il me semble, fondamental. Exemple : si la prochaine fois que nous nous voyons je te parle avec en tête l'image que je me suis faite de toi dans les galeries de St Germain  (image qui s'est enregistrée comme savoir psychologique dans ma mémoire), alors je n'entrerai pas en contact avec ce que tu es à l'instant présent mais avec ce que tu étais. Les conflits humains commencent là.
 Bien sûr, j'entends ce que tu dis sur l'apport de connaissances et il faudrait peut-être créer la rubrique des connaisseurs (des affineurs ? des aiguiseurs ?). Cette rubrique pourrait apporter des éléments de compréhension sur les symboles que nous voyons dans les œuvres, sur le peintre lui-même ou sur la période de production...
Alexis (qui interrompt) : C'est un peu l'idée des quelques liens que l'on peut suivre sous l'œuvre du jour...
Ivan (reprenant) : En étant conscient que ce savoir ne nous apprendrait rien sur nous dans l'instant présent où nous observons l'œuvre et surtout, ne nous permettrait pas de rentrer en contact les uns avec les autres car LA PENSÉE ET LE SAVOIR DIVISENT (parce qu'ils sont limités alors que l'attention n'a pas de frontière). Le « Je sais » ferme le dialogue, pas le « j'observe ».
 Et quelle attitude avoir avec ceux qui veulent être quotidiennement présent sur un site et montrent qu'ils savent aligner dix adjectifs qualificatifs émotionnels sur n'importe quelle production humaine ? N'est-ce pas ça le bavardage permanent de la pensée qui se rassure et tient le réel à distance ?
 Alexis : Peut-être est-ce une façon de commencer à avancer dans le partage ? Non, je ne crois pas en effet... Même si ces premières traces laissées par des internautes me rassurent sur l'intérêt de l'aventure !
 Ivan : il suffit de transposer la question sur un sujet comme la bande de Gaza ou l'avènement d'Obama, et tu comprends tout de suite que ce n'est pas en accumulant des avis que l'on partage ou comprend une situation. Leurs interventions, quand ils donnent leurs avis et leurs réactions émotives, ne sont elles pas contreproductives dans le sens où elles noient le regard ?
 Alexis : Cela risque en effet d'orienter le regard de ceux qui suivent différemment... Il faudrait recommander de regarder avant de lire !
 Ivan : N'y a-t-il pas deux compréhensions du monde très différentes entre "DONNER MON AVIS sur un tableau" et"ÉCOUTER CE QUE TU VOIS dans le tableau et DIRE CE QUE J'Y VOIS pour le partager avec toi", qu'en penses-tu ?
 Alexis : je suis complètement en accord avec toi, cette deuxième compréhension m'intéresse ! Je continue à bosser sur cette nouvelle version !
 Ivan : "J'accepte que tu me dises ce que tu vois si à mon tour je peux te dire ce que je vois" me fait penser au célèbre  "J'accepte d'être gouverné si à mon tour je peux gouverner" qui devrait être le fondement d'une vraie démocratie.

Commentaire de Michèle Garinois sur cet article :
Ivan, est-ce que tu n'es pas en train d'opérer une ségrégation entre ceux qui voient et ceux qui ne voient pas ? Il me semble gênant (pour moi du moins) d'envisager de formater les intervenants en fonction des objectifs du site. Après tout, ceux qui comprennent ces objectifs sont capables de faire le tri dans les commentaires ! Ma réaction en lisant cet article : oh la la même si j'ai très envie de laisser un commentaire je vais m'abstenir de peur d'être cataloguée parmi ceux qui ne comprennent pas ce qu'on attend d'eux ! Voilà Ivan un commentaire spontané, dépourvu de tout esprit critique.

Réponse de Alexis Monville au commentaire de Michèle Garinois :

Ségrégation... Formatage... Votre commentaire me dit que nous sommes probablement maladroit dans notre entreprise d'incitation à regarder. Car il s'agit bien d'une volonté d'inciter à partager les regards sur les oeuvres et pas d'une volonté de contraindre.
L'expérience de l'attention véritable est tellement belle que nous voulons la partager. La volonté n'est pas d'empêcher les contributions, mais d'aider leurs auteurs à se dépasser, à dépasser leurs peurs de dire ce qu'ils voient.
Je vous remercie de votre retour qui nous est indispensable pour progresser !

Tag(s) : #Dialogues

Partager cet article

Repost 0