Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sortir au métro Mabillon. Boulevard saint Germain. Pompes, fringues, tee shirts, vélibs. Profusion. « Le monde est une poésie » a écrit sur un carton le gars qui vend ses croûtes le long des grilles de l’église St Germain. Sur la place, Louis Vuitton fait de l'oeil à Dior qui a avalé la galerie La Hune. Panneau « Musée Eugène delacroix, 6 rue de Furstemberg ». Signatures de Napo et Talleyrand dans la vitrine de la galerie Autographe. A ma gauche, l’École des Beaux Arts, surmontée d’un tag du « chat jaune ». Je tourne à angle droit dans la rue des Beaux Arts. Le café « La Charrette » est toujours là avec ses vapeurs vineuses. Galerie Loeb. Galerie Flak. Art africain. On croise encore des peintres habillés de vêtement de travail en velours côtelé noir. Galerie Trigano. Galerie Loft. Et voilà la rue de Seine que je remonte vers Odéon. Il y a des vernissages dans toutes les galeries. Les vernisseurs, verre à la main sur le trottoir, sont tous en noir, mais il n’y a aucun noir. Galerie Barès, il y a encore des tonnes de Picasso à vendre ! Congrégation de Jeunes Beaux Gosses en costards et chemises blanches à la terrasse de La Palette. Monochromes noirs dans une galerie, lampes années 60 et  fauteuils en plastique orange dans une autre. Galerie Darthéa Speyer : exposition de mon oncle Thierry Sigg, frère de mon père.

Grandes toiles très colorées. Orgies de corps peints avec refus affiché du savoir peindre, de l’idée de finition et du plaisir du détail. Tout est en à plats. Peu de matières et pas de coulures. Les espaces autour des corps sont remplis par des barreaux sombres intercalés de raies lumineuses.
    Joseph Guglielmi (poète) : J'y vois de la pornographie.
    Ivan : Je vois des corps qui n’entrent pas en contact, comme s’ils étaient chacun dans la solitude de leur activité physique. Il y a des prémices de violences. Beaucoup ont l’air asexué ou endormi.
    Thierry : Ah? Je pensais qu’ils étaient beaucoup plus en contact qu’avant. Beaucoup moins désincarnés. Que des rencontres étaient enfin possibles.
    Ivan : Dans les toiles bleues, je les vois enfermés dans un même lieu. Il y a de la lumière derrière les barreaux, à l’extérieur. Dans la toile rose, ils sont bras dessus bras dessous, l’air poupon, presque heureux. C’est étrange, ils n’ont pas l’air de ressentir la morsure des flammes et des chiens qui leur déchirent le sexe.



   La ligne 10 est tranquille. Nous sommes assis l’un à côté de l’autre sur des strapontins. Elle est tout jeune, petite, jolie, sa voix est étonnement grave. Elle ne fait pas prof. Pourtant, elle sort de son sac une liasse de copies encore vierges de toutes rougeurs. Ce sont des commentaires de texte d’étudiants en lettre. Gêne du curieux qui lit par dessus l’épaule de l’autre. Elle le voit, je crois, mais ne dit rien. Il n’y a que dans le miroir de la relation à l’autre qu’on peut se découvrir soi-même. Alors je me lance :
 Moi : je m’excuse d’être curieux. Avez-vous un plaisir à découvrir ces copies ou bien, vous vous dites « encore du boulot ce soir ! » ?
Elle (grand sourire) : Il y a vraiment du plaisir. Peut-être parce que c’est ma première année d’enseignement en fac et que je ne suis pas encore blasée.
 Moi : Et vous avez de vraies surprises ?
Elle (grand sourire) : Oui, tout à fait.
Moi : j’ai vu que vous en aviez extrait une du paquet, avec plus d’attention que les autres, pour en lire la conclusion...
Elle (grand sourire) : Oui, il y a quelques étudiants remarquables, dont celui-là, et c’est une jubilation de les lire.
 Moi : Pensent-ils par eux-mêmes ou sont ils déjà formatés, dans des ornières de la pensée ?
Elle (grand sourire) : Il est vrai que je retrouve mon cours chez certains, de l’imitation et des clichés chez d’autres, mais j’en ai heureusement beaucoup qui pensent vraiment, même si c’est malhabile dans la forme.
 Moi : C’est beaucoup de travail en rentrant…
Elle (grand sourire) : C’est vrai. Sans compter qu’il y a celles d’hier et celles de demain. Bon, c'est là que je descends.
 Moi : Moi aussi. Bon courage.
 Elle : Merci. Bonsoir. (et elle se sauve à pas rapides)
Tag(s) : #Dialogues

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :