Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le vieil homme se trouve vasouillard comme un chamaillard (chapitre 50)

Moi ( au téléphone ) : allo la Maison des rentiers sans dentiers ?

Vieil homme : ha ha ha ! Quel plaisir de vous entendre ! Cela faisait un moment. Figurez-vous que je suis dans l'attente d'évènements graves...

Moi : ah bon ! Lesquels ?

Vieil homme : hé bien la mort ! en toute simplicité.

Moi : ça...on peut dire que c'est l'ultime évènement ha ha ha.

Vieil homme : hé bien oui car à part ça, je n'ai aucun évènement médical notoire à vous rapporter, si ce n'est cette éternelle constipation génétique... Mon destin d'intestin en quelque sorte.

Moi : ha ha ha, et la vie à bord de l'arche des vieux ?

Vieil homme : Tony, le roi des lieux est partout à la fois. Ce personnage à la stature d'empereur, fait partie du paysage, mais nos échanges sont limités à des amabilités et des jeux de mots que je ne saisis pas.

Moi : profitez vous de ses conférences de presse et lectures d'oeuvres d'art ?

Vieil homme : oui... mais j'ai une vie réglée au plus juste... et je comprends que les enfants ne veuillent pas troquer une partie de leurs vacances pour venir se chamailler au square des Chamaillards avec moi.

Moi : bel usage d'un nom complexe à mémoriser qui viendrait parait-il, du lieu-dit Les Champs Maillards...

Vieil homme : ...dites, justement, j'hésite à vous poser une question intime qui me travaille depuis de longues secondes...?

Moi : allez-y sans crainte.

Vieil homme : comment vous êtes vous aperçu que vous étiez juif ?

Moi : mais... je ne suis pas juif... ni chrétien d'ailleurs, ni musulman. Je ne suis rien de rien. Les croyances, selon moi, qu'elles soient religieuses ou simplement humaines, nous perdent.

Vieil homme : oooooh !... Théorie passionnante... Pourtant, votre nom me paraissait un peu juif. C'est dommage. Je dois vous avouer que j'ai un faible pour les juifs.

Moi : un faible ?

Vieil homme : vous savez que...? Ou vous ne savez pas, justement, que... ?

Moi : je ne sais pas quoi ?

Vieil homme : désolé, j'ai une panne...

Moi : une panne ?

Vieil homme : oui, là, à l'instant, j'ai une panne de cerveau, le trou de mémoire, le blanc...

Moi : vous seriez sur scène, ce serait un problème, mais comme vous n'êtes pas acteur, sautons allègrement ce trou noir.

Vieil homme : vous avez raison. Votre logique et notre connivence m'émerveillent. Je dois parler le plus possible pour stimuler ce qui me reste de fonction cérébrale. L'arrivée de la mort ne m'inquiète pas particulièrement, mais c'est juste qu'elle est longue à venir ces derniers temps.

Moi : on a dit qu'on allait ensemble jusqu'à vos cent ans et qu'après vous vous reposiez définitivement, vous vous rappelez ?

Vieil homme : hé hé, vous imaginez, quand je dis aux gens que je rencontre " Monsieur, c'est curieux, j'ai bientôt cent ans et je n'ai pas encore appris à nager !?" Question étrange non ? Car enfin, aller dans l'eau suppose un maillot et de l'eau, puis il faut attendre que l'eau soit chaude et au final, le plus souvent, je me dégonfle et je n'y vais pas. Ça fait 94 ans que dure ce petit manège.

Moi : ha ha ha

Vieil homme : il rit de ses grandes dents. Tenez, une chose intéressante dont nous pourrions parler en dialogue un de ces jours. Finalement, la médecine, c'est le summum de l'appréhension de la vie et de la mort depuis ses origines. Embrasser la médecine est un choix que l'on fait sans savoir que l'on va devoir ingurgiter l'humanité toute entière. En réalité c'est la somme de toutes les connaissances. J'avais la vague idée avec ma fille médecin, de rédiger un petit opuscule sans opercule, sur les risques de la pratique de la médecine, qui répertorierait tout ce que le médecine ne comprend pas...

Moi : wouahou !

Vieil homme : je ne vous entends plus. Êtes vous encore là ? Vous devez penser que ça n'est pas brillant tout ça.

Moi : au contraire, c'est passionnant.

Vieil homme : je parle dans le vide, il n'y a plus personne ?

Moi : mais si je suis là, vous devez tenir le combiné à l'envers.

Vieil homme : il a dû raccrocher...

Moi : ALLO ? ALLO ?

Vieil homme : ça n'est pas grave. J'aurai plaisir à vous voir prochainement. Je suis vasouillard, ce qui s'apparente à Chamaillard et grenouillard, mots comiques s'il en est, mais que vient faire là cette chamaille de buveur d'eau ? Vous ne répondez pas ? Hé non puisque vous êtes parti en douce, laissant le vieux gâteux dans son pétrin...

Moi : ALLO ? ALLO ?

Vieil homme : tiens en laissant trainer mon esprit j'ai retrouvé un mot sympathique hier...qui hélas ne me saute plus aux yeux maintenant que je le convoque. Bon je me dois de conclure, mais comme vous n'êtes plus là, il n'y a pas de conclusion, sinon la mort. Je raccroche.

Moi : heu, à bientôt.

Blog : ivansigg.over-blog.com

Site : www.ivan-sigg.com

Instagram : @ivansigg

Tag(s) : #instants de vie, #Dialogues, #Suiseki peint

Partager cet article

Repost 0