Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le vieil homme connait un mystère insondable (chapitre 52)

(Une fois par semaine, je vais dialoguer avec un vieil homme plein de sagesses et de fariboles dans son grand âge)

Moi : ah ! Je vous cherchais, je viens d'arriver.

Vieil homme : il y a aussi un médecin qui vient d'arriver, mais il est mal entendant ! Je ne sais pas du tout si on va bien s'entendre ? Vous n'auriez pas un peu maigri ?

Moi : c'est incroyable, quel observateur !

Vieil homme : quel chance de vous avoir. Vous commencez à connaitre tous les recoins du lieu et de ma personne. D'habitude, je n'aime pas pisser devant les gens, alors je me retiens. Mais avec vous, pas de retenue ! Je pisse. Dans ma couche. Pratique. Pas de risque d'accident intempestif.

Moi : et sans chichis !

Vieil homme : l'échec de ma vie c'est d'avoir raté l'internat d'Alger...que...je n'ai d'ailleurs jamais passé car j'avais la tuberculose.

Moi : donc ce n'était pas un échec.

Vieil homme : vous avez tout à fait raison et c'est plus clair de le dire ainsi. Avant cela, mes parents m'ont fait passer le concours des Postes. Ma mère aurait pu s'arrêter de travailler si je l'avais eu. Je l'ai quand même présenté deux années de suite. Quand le jury voyait le statut de fonctionnaire de mes parents, il refusait instantanément de m'attribuer la bourse.

Moi : hooo !

Vieil homme : je me revois encore au fond de la salle d'examen, dans l'angle de droite... Là, je m'apprête à vous déclarer une chose que je n'ai jamais dite à personne. Pendant l'examen des Postes... j'ai soudainement...

Moi : vous avez ...?

Vieil homme : hé bien, j'ai soudainement eu une érection émotive, suivie d'une éjaculation pantalonesque. Je ne savais pas ce que c'était...c'était la première fois...j'avais dix ans !

Moi : éjaculez avec la Poste ! Un slogan qui fera fureur 80 ans plus tard :)

Vieil homme : ah bon ? Hé bien, figurez-vous que j'ai trouvé cette aventure remarquable ! Émotivité pure au delà de tout savoir. Et l'année suivante, rebelotte, dans l'angle droit, même érection, même éjaculation, même pantalon ! Et à nouveau j'ai le concours et à nouveau on me refuse la bourse ! curieux non ?

Moi : bourses éclaboussantes ou bourses perdues, les bourses sont imprévisibles...

Vieil homme : si j'avais eu cette bourse, ma mère...

Moi : ...aurait pu s'arrêter de travailler, oui, je sais, vous l'avez déjà dit, c'est oedipien en diable.

Vieil homme : j'ai trouvé ça très agréable. Je n'ai jamais raconté ça à personne.

Moi : bref, vous n'avez pas engrossé votre mère.

Vieil homme : pardon ?

Moi : non, rien.

Vieil homme : vous avez toujours été là ?

Moi : où ça ?

Vieil homme : ici même.

Moi : oui, depuis une heure.

Vieil homme : c'est extraordinaire ! Savez-vous que j'aime beaucoup le fils de Sigg, celui qui est musicien.

Moi : mais Sigg c'est moi ! Je suis là !

Vieil homme : ah ! Quelle surprise et quel réconfort à la fois. Le jour de l'enterrement de ma grand mère... Non, de ma mère... Non, de ma femme...je me suis promis que je me ferais chrétien. Je m'aperçois que je suis en train de parler...agréable sensation...émotion pure...et que je vous fais part de ma vision mentale : la création de l'homme est un évènement gigantesque à tous points de vue, y compris son contenu scientifique, toujours pas résolu, sur lequel les scientifiques se cassent le nez. S'il n'y a pas une divinité derrière tout ça, c'est un mystère insondable ! L'homme contient la totalité des mystères de la vie. On ne connait rien avant lui qui ait égalé ça. C'est le sommet de l'incompréhension actuelle. Quelqu'un a-t-il pu faire ça ? Pffffff... Tout ce que je viens de dire est un peu théorique, mais totalement fondé. Je ne sais pas comment j'en suis arrivé là. De temps en temps, on a quelques minutes de pure clarté mentale. Je viens de vivre cela, à l'instant, face à vous, tout en ayant des distractions extérieures. Ces fulgurances rares, dont on sort souvent plus intelligent - ou en tous cas plus créatif - on les ressent quand on arrive à parler de choses extrêmement complexes en termes simples. En très peu de temps, nous venons de reposer la question du "ni dieu, ni diable"

Moi : ha ha ha ha ha vous voulez dire "ni dieu, ni maître"

Vieil homme : c'est pas mal, non ?

Moi : passionnant pour l'athée que je suis.

Vieil homme : et c'est venu spontanément, vous pouvez en témoigner ? C'est là que je dis qu'il y a éjaculation langagière. C'est la meilleure manifestation de l'intelligence... Dites...?

Moi : oui ?

Vieil homme : vous me rediriez ma dernière phrase ?

Moi : ha ha, si vous voulez "la création de l'homme est un évènement gigantesque à tous points de vue, y compris son contenu scientifique, toujours pas résolu, sur lequel les scientifiques se cassent le nez. S'il n'y a pas une divinité derrière tout ça, c'est un mystère insondable ! L'homme contient la totalité des mystères de la vie. On ne connait rien avant lui qui ait égalé ça. C'est le sommet de l'incompréhension actuelle. Quelqu'un a-t-il pu faire ça ??? Tout ce que je viens de dire est un peu théorique, mais totalement fondé. Je ne sais pas comment j'en suis arrivé là ? De temps en temps, on a quelques minutes de pure clarté mentale. Je viens de vivre cela, à l'instant, face à vous, tout en ayant des distractions extérieures. Ces fulgurances rares, dont on sort souvent plus intelligent - ou en tous cas plus créatif - on les ressent quand on arrive à parler de choses extrêmement complexes en termes simples. En très peu de temps, nous venons de totalement reposer la question du "ni dieu, ni diable".

Vieil homme : c'est vraiment pas mal, non ? Mon ami P serait là, il nous aurait éclairé. Il s'intéressait à l'intelligence. Il avait même une prescience. Il était le seul de notre promo à avoir vu l'importance des phénomènes physico-chimiques ! Mon cousin le connaissait très bien. Il était unique en son genre : il s'habillait comme un sac, il avait les deux semelles qui bâillaient et il avançait par bonds successifs. Ses parents étaient dans les Postes comme les miens, mais à des postes importants. Il était contre le Père noël, contre le sapin de noël, contre la petite souris, contre la fève. Il ricanait de tous ces mystères enfantins.

Moi : sacré personnage !

Vieil homme : dites, vous rendez-vous compte que nous avons là un dialogue mystico-religieux de premier ordre ? Il faut mettre les enfants très tôt au courant du fait religieux. Quand on n'a pas été à l'église comme moi, on rame...Adam, Ève, Saint Michel, Saint Jean, Joseph, Marie...Tout se mélange.

Moi : oui, aujourd'hui on rame Adam...

Vieil homme : ha ! elle est de première celle là ! mais on est bien assis. Une fois qu'on est casé sur ces lattes, on est un peu rigidifié et on n'a plus envie de bouger.

Moi : oui,on est bien.

Vieil homme : dans des termes que j'ai trouvé audacieux et réussis, nous venons de parler du mythe religieux, ce qui est un comble, venant de moi qui ne sait pas nager.

Moi : vous tenez une forme incroyable

Vieil homme : je suis forcé de reconnaitre que je vais bien. Le cancer étant éradiqué après quatre tentatives de sa part, je ne vois pas de quoi je vais.pouvoir mourir à présent...il y aurait bien cette constipation chronique...?

Moi : c'est bon, ne me resservez pas votre constipation et ne vous cherchez pas une maladie en vain ! Regardez le monde !

Vieil homme : c'est juste...Vous savez, elles ont de la jaquetance les filles de joie qui me déloquent le soir. Quand elle me font tomber le froc d'un claquement de doigt, c'est le signe que la soirée est finie. Mais pourquoi utiliser des prostituées pour accomplir une manoeuvre aussi simple ? Il suffirait d'un gyrophare.

Moi : je vous rappelle que ce sont des aides soignantes.

Vieil homme : ah! Je me disais bien...

Moi : bon, je vais devoir partir au galop car j'ai un rendez-vous...

Vieil homme : moi aussi, quand je vais à la selle, je me torche avec un papier qui pourrait être celui sur lequel vous écrivez, mais je mets deux feuilles l'une sur l'autre. J'appelle ça un torche-cul. Est-ce qu'il est de bon usage de taper avec un marteau sur une cloche pour marquer une date ? Le rôle du médecin par exemple est faussé par le client qui attend de lui des miracles. Ma grand mère paternelle disait "c'est du propre" avec son accent arriégeois.

Moi : je ne vous suis plus du tout.

Vieil homme : vous ne pouvez donc pas m'accompagner...? Pas le temps d'aller aux toilettes, je me pisse à nouveau dessus. En votre présence, c'est de la pisse historique.

Tag(s) : #instants de vie, #Dialogues

Partager cet article

Repost 0