Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plaisir de repeindre un Basquiat à l'iPad, de retrouver le processus de création déjanté d'un artiste génial qui voulait devenir une star de la peinture.

" Pharynx " date de 1985 et mesure 218,5 x 172,5 cm. Le grand personnage de cette toile est inspiré par la reproduction d'une figure féminine royale de la tribu africaine Dendemaro,trouvée dans le livre "African Rock Art" de Burchard Brentjes.

Chaque intervention à l'acrylique ou à la craie grasse est le résultat d'un geste nerveux, tendu, inachevé, rageur, un mélange bluffant de calcul et d'intuition. Une peinture faussement psychotique, pleine de collages, efficace, instinctive, pleine d'assurance, réalisée sur du Charlie Parker du Miles Davis ou sur le Bolero de Ravel.

La représentation de la mort, la déconstruction, la rétention (la bribe de pensée, la métonimie), étaient très présentes dans la peinture newyorkaise des années 80 pourtant, Basquiat est un cas isolé dans l'histoire de l'art. La présence de la poésie dans ses graffitis, du langage et des mots dans sa peinture me semblent déterminants

"Pharynx" de Jean-Michel Basquiat revisité à l'iPad

Chère Véronique.

J'avais déjà lu pas mal de chose sur Jean-Michel Basquiat, mais ce livre que tu viens de m'odfrir, écrit en 2007 par Leonhard Emmerling, m'a bousculé. Un de ces livres offerts au bon moment par la bonne personne. Au point que j'ai eu envie de repeindre une peinture de Basquiat pour comprendre son processus de création... passer par où il passait. Cet artiste très précoce, né en 1960 comme moi, m'a marqué dès l'année 1985, mais je l'ai toujours tenu à distance de mon pinceau... Sans doute parce qu'iil était encore plus trash que Picasso...

Une fois ton livre refermé, je suis allé voir sur Internet les films qui lui sont consacrés et c'est peu dire que j'ai été à nouveau profondément ému par cette oeuvre fulgurante, polymorphe, interrompue à 27 ans sur une overdose...

Voilà, je voulais te le dire.

Merci

Ivan

PS: j'ai découvert que pour garder la fraicheur "enfantine" de son trait, Basquiat poussait sa craie grasse au lieu de la tirer, ou mêlait le poussé et le tiré !!!

Partager cet article

Repost 0